Soapacadabra!

10 août 2011

Du choix des huiles en savonnerie, ou l'équilibre idéal pour votre savon home-made!

analyse-huiles

Faire son savon, activité ludique et oh combien passionnante, mais qui peut, bien souvent, se conclure par un résultat inattendu, surprenant, ravissant ou à contrario tellement décevant...

La soude a ses mystères... Ou pas.

Car lorsqu'on élabore la recette d'un nouveau savon, il faut essayer de prendre en compte les critères essentiels à la qualité finale, à savoir la fermeté du savon, sa douceur dans la main, la mousse produite, l'onctuosité de cette mousse,  le parfum du savon parfois, le film protecteur et la sensation après rinçage et séchage. Et la liste est loin d'être exhaustive...

Toutes ces propriétés viennent des acides gras contenus dans le savon. Certains, comme l'acide stearique, apportent la dureté et la texture mais aussi la tenue et l'ontuosité de la mousse, d'autres, tels l'acide oléique, apportent douceur et propriétés bénéfiques pour la peau.

Ainsi, puisque ces acides gras sont les composants principaux des corps gras, et que leur quantité respectives varient en fonction des huiles choisies, il faut bien tenir compte des mélanges que vous allez effectuer pour obtenir un équilibre idéal entre dureté, pouvoir lavant, pouvoir moussant, ontuosité et tenue de la mousse, ainsi que douceur ressentie après le rinçage.

Aroma-zone nous offre un tableau extrêmement intéressant à ce sujet:

tableau acides gras

En dehors de ces aspects fonctionnels, il faut prendre en compte un certain nombre de critères pratiques, qui pourront déterminer vers quelles huiles votre choix se portera.

En effet, les savons maison, souvent surgras si vous choisissez de les enrichir en faisant une réaction de saponification partielle (quantité de soude réduite) ou un ajout de corps gras précieux (post-trace), peuvent être sensibles au rancissement. Dans certaines circonstances alors, ils prendront une odeur désagréable ou verront leur couleur dériver vers l'oranger. Ceci ne représente qu'un inconvénient désagréable et ne présente pas de danger particulier, mais personne n'a envie de se laver avec une fragrance "huile de friture usagée", non?

Pour pallier à ce problème, il faudra alors choisir des huiles végétales stables, et éviter par exemple l'amande douce, le tournesol, la noisette ou l'huile de chanvre, ou les utiliser avec parcimonie. On peut également ajouter, si on tient à les employer, de la vitamine E, de l'extrait de pépins de pamplemousse, ou de l'huile essentielle de romarin, qui ont des effets conservateurs. Et éviter les zestes ou les jus d'agrumes qui vont avoir tendance à les faire s'oxyder (= rancir) rapidement...

Une fois ces aspects pris en compte, vous pouvez alors jouer sur les associations d'huiles pour obtenir votre recette de savon parfaite, celle qui vous comblera et qui sera une vraie gourmandise pour votre peau.

Blondes_reflechir_s_MED_s_

Associez une huile qui va produire un savon tendre et peu de mousse, à un corps gras qui donnera un savon dur et une mousse abondante et crémeuse... Marriez une capacité lente à fondre doublée d'un pouvoir moussant faible, à une tendance à faire des bulles et une durée de vie rapide... Histoire d'équilibrer les critères et stabiliser la recette. 

Kafée à ce sujet a fait un excellent tableau récapitulatif sur les propriétés des huiles, et voici pour vous éclairer quelques autres infos sur les principales huiles que l'on peut trouver dans le commerce:

article_37

Beurre de cacao:

Savon très dur, peu de mousse, peu onctueux. Sert d'agent durcissant essentiellement.

Beurre de karité:

Savon dur et mousse fine, trace rapide, savons doux et durs.

Cire d'abeille:

Savon dur, pas de mousse, trace très rapide, durcit les savons de façon générale.

Amande douce:

Mousse fine, grosses bulles, trace lente, savon très doux mais très oxydable (

Arachide:

Savon dur bien blanc, mousse fine, trace lente, allergène !

Argan:

Savon doux, mousse fine, trace moyenne, adoucissante et nourrissante.

Avocat:

Mousse glissante très onctueuse, fine, trace rapide, savon très doux.

Babassu:

Ma chouchoute, savon dur, mousse dense et abondante, trace rapide, savon onctueux et ferme.

Coco:

L'incontournable, savon dur, mousse abondante, trace rapide. Désséchant (apparemment) si >30% dans la recette.

Colza:

Savon très doux, mousse fine mais peu abondante, trace très lente comme la capacité à fondre.

Germes de blé:

Savon mou, mousse fine, très oxydable et risques d'allergie!

Jojoba:

Huile très stable, savon dur, pas de mousse, aucune onctuosité, apporte de la dureté (c'est en réalité une cire liquide). A utiliser à moins de 5%.

Macadamia:

Savon dur, très doux, mousse moyenne mais très onctueuse. Trace moyenne.

Huile de maïs:

Mousse légère, trace lente, très oxydable (5 à 10% max.)

Huile de noisette:

Mousse fine, trace moyenne, pas de mousse mais savon onctueux, très doux. Très oxydable et allergène.

Huile de noix:

Mousse fine, trace moyenne, savon très onctueux et très doux, risque d'allergie.

Noyaux d'abricot:

Mousse fine, savon très doux et peu agressif, sesible à l'oxydation.

Olive:

Trace lente, savon très dur, mousse très peu abondante, savon très onctueux et très doux. Excellent pour les peaux sensibles.

Palme:

Savon dur, mousse crémeuse et très stable, trace très rapide, savon satiné.

Pépins de raisin:

Trace moyenne, beaucoup de mousse, savon mou, gélatineux et doux. Sensible à l'oxydation.

Ricin:

savon lent à sécher, dur et très doux. Produit une mousse très crémeuse à hauteur de 5 à 15% dans le mélange.

Sésame:

Savon dur et très doux, peu de mousse et peu onctueux. Risque d'allergie.

Soja:

Savon très dur, très doux, mousse moyenne, bonne onctuosité, sensible au rancissement.

Son de riz:

Savon très doux, mousse stable et fine, apporte de l'onctuosité, savon dur. A utiliser à hauteur de 10 à 20%.

Tournesol:

Savon mou, pas de mousse, trace très lente, savon très doux, onctueux. Mousse moyenne. 

Posté par Missrimel dans - - Permalien [#]